Le système immunitaire est un système biologique de défense contre de nombreuses maladies (maladies infectieuses, maladies auto-immunes, cancers). Pour ce faire, il est composé principalement de cellules et de protéines. Les éléments étrangers à l’organisme sont sont considérés comme potentiellement agressifs et sont généralement appelés le « non-soi ».

Les constituants du système immunitaire ont un rôle dans le repérage de l’« agresseur » du non-soi et vont interagir avec lui. L’organisme met alors tout en œuvre pour limiter l’agression (en éliminant l’antigène en question) et se préparer à la prochaine attaque.

Il y a plusieurs types de protéines dans le système immunitaire qui protègent l’individu : les immunoglobulines (ou anticorps), les protéines du complément et les cytokines. Les protéines du système du complément permettent également la destruction directe de cellules infectées. Les cytokines sont produites par les cellules immunitaires. Il en existe plusieurs dizaines différentes et elles ont toutes un rôle propre. Elles permettent une communication entre les différentes cellules du système immunitaire Ces deux types de protéines sont identiques chez tous les humains.

Les immunoglobulines sont plus élaborées que les précédentes car toutes différentes les unes des autres et varient d’un individu à l’autre en fonction du type de microbe rencontré. Elles ont pour fonction de se fixer sur les antigènes et de les neutraliser grâce à un complexe antigène-anticorps qui sera facilement repérable par les cellules de l’immunité. Cette reconnaissance permettra de déclencher la réponse du système immunitaire qui conduira à l’élimination de l’antigène.

 

QUELS SYMPTOMES ?


La principale fonction du système immunitaire est de protéger l’organisme d’une infection. Lorsque ce système fait défaut, c’est-à-dire quand un des composants du système immunitaire est absent ou défaillant, on parle de déficit immunitaire.

Les personnes dites « immunodéficientes » souffrent donc d’une susceptibilité accrue aux infections. Elles développent très souvent et de façon répétitive des  maladies communes telles que des otites ou des infections respiratoires. Elles peuvent aussi développer des maladies infectieuses plus graves.

Un déficit immunitaire peut être provoqué par :

  • Le plus fréquemment, un facteur extérieur (au système immunitaire), comme un facteur environnemental : on parle de Déficit Immunitaire Secondaire (DIS). Les causes en sont diverses : certaines maladies hématologiques, rénales, certains traitements, la malnutrition ou des brûlures.
  • Plus rarement, un défaut génétique affectant le nombre ou la fonction des cellules ou des protéines du système immunitaire. Il s’agit alors d’un déficit immunitaire « primitif » (DIP) ou « héréditaire » (DIH). Aujourd’hui, plus de 430 gènes responsables de DIH sont connus. Les DIH ne sont pas contagieux car ils sont génétiques.

Les DIP sont considérés commes des maladies rares. Ils peuvent être regroupés en 5 catégories principales en fonction de l’acteur qui est endommagé par la mutation :

  • DIP humoraux : déficit complet ou partiel de synthèse d’immunoglobulines
  • DIP combinés : défaut quantitatif ou qualitatif des lymphocytes T, associé ou non à un déficit complet ou partiel de synthèse d’immunoglobulines
  • Déficit de la phagocytose : défaut quantitatif ou qualitatif des polynucléaires et des macrophages
  • Déficit du système du complément
  • DIP complexes

Lorsque des infections sont répétées et/ou sévères, le pronostic vital peut être engagé ou le fonctionnement de certains organes tels que les poumons, les sinus, le cerveau ou encore les oreilles peut être endommagé.

En France, le nombre de nouveaux cas par an est estimé à 1 cas pour 4 000 naissances vivantes soit environ 150 à 200 enfants qui naissent avec un déficit immunitaire héréditaire chaque année. Les hommes sont un peu plus représentés dans la population des patients atteints de DIP, lié au fait qu’un certain nombre d’entre ces DIP se transmettent par le chromosome X.

 

QUELS TRAITEMENTS ?


Les patients atteints de déficit immunitaire primitif sont suivis par des médecins spécialisés en immunologie. Les traitements, variables selon de nombreux facteurs consistent à :

  • Diminuer la fréquence et la sévérité des infections,
  • Traiter les symptômes,
  • Favoriser une qualité de vie la plus normale possible.

Les principaux traitements auxquels le patient peut avoir recours sont :

  • Le traitement substitutif en immunoglobulines

Les immunoglobulines (ou anticorps) sont des protéines qui reconnaissent les micro-organismes et qui aident les cellules du système immunitaire à les neutraliser. Les patients atteints de DIP ont peu voire pas d’immunoglobulines, le traitement substitutif va donc permettre aux patients de se préserver de différentes infections.

Les immunoglobulines sont administrées soit par voie intraveineuse – IV – (perfusion dans le circuit sanguin via une veine) soit par voie sous-cutanée – SC – (injection sous la peau sur 1 à 3 endroits différents du corps).

  • La prise d’antibiotiques

Celle-ci permet de lutter voire parfois, de prévenir les infections. Pris par voie orale et sur le long terme, les antibiotiques ont pour objectif de contre les infections dues à des bactéries.

  • La greffe de cellules souches hématopoïétiques (ou de moelle osseuse)

Les cellules souches sont des cellules immatures qui peuvent se transformer en de nombreux types de cellules du sang, incluant celles du système immunitaire. La greffe de cellules souches consiste à injecter des cellules souches prélevées dans la moelle osseuse (ou à partir du sang du donneur ou dans le sang présent dans le cordon ombilical à la naissance d’un bébé) d’un donneur le plus compatible possible avec le patient.

  • La thérapie génique

Il s’agit d’un transfert d’un gène sain capable de suppléer le gène défaillant au sein des cellules souches hématopoïétiques du patient. Ce traitement, encore expérimental, pour la grande majorité des cas, n’est utilisé que pour les cas les plus sévères, souvent chez les enfants dont la greffe de moelle osseuse est difficile à envisager. Par ailleurs, elle n’est disponible que pour une petite minorité de déficits immunitaires héréditaires uniquement à l’heure actuelle (DICS lié à l’X ou lié à un déficit en adénosine déaminase, Syndrome de Wiskott-Aldrich, Granulomatose septique chronique liée à l’X…).

 

GROUPE DE MALADIES


Ce groupe contient 279 maladies
ORPHA101997 – Déficit immunitaire primaire
ORPHA101988 – Déficit immunitaire par défaut de l’immunité innée
ORPHA101985 – Défaut congénital quantitative et/ou qualitative des phagocytes
ORPHA101987 – Neutropénie constitutionnelle

ORPHA183681 – Déficit fonctionnel des neutrophiles
ORPHA228423 – Monocytopénie avec susceptibilité aux infections
ORPHA264675 –
Protéinose alvéolaire pulmonaire héréditaire
ORPHA101992 – Immunodéficience due à une anomalie de la cascade du complément
ORPHA459345 – Immunodéficience due à un déficit d’un composant de la cascade du complément
ORPHA459348 – Immunodéficience due à un déficit d’une protéine régulatrice de la cascade du complément
ORPHA183710 – Prédisposition génétique aux infections à pathogènes particuliers
ORPHA1334 – Candidose cutanéo-muqueuse chronique
ORPHA1930 – Encéphalite à herpès simplex
ORPHA748 – Prédisposition mendélienne aux infections mycobactériennes
ORPHA70592 – Immunodéficience par déficit en IRAK4
ORPHA183713 – Infections à bactéries pyogènes associées à un déficit en MyD88
ORPHA391311 – Susceptibilité aux infections virales et mycobactériennes
ORPHA391487 – Syndrome d’entéropathie et endocrinopathie auto-immunes-susceptibilité aux infections chroniques
ORPHA457088 – Prédisposition aux infections fongiques invasives due à un déficit en CARD9
ORPHA290839 – Syndrome auto-inflammatoire avec immunodéficience
ORPHA342 – Fièvre méditerranéenne familiale
ORPHA184 – Chérubisme
ORPHA343 – Syndrome de fièvre périodique avec hyperimmunoglobulinémie D
ORPHA32960 – Syndrome périodique associé au récepteur 1 du facteur de nécrose tumorale
ORPHA69126 – Syndrome d’arthrite purulente-pyoderma gangrenosum-acné
ORPHA77297 –
Syndrome de Majeed
ORPHA90340 – Syndrome de Blau
ORPHA208650 – Syndrome périodique associé à la cryopyrine
ORPHA210115 – Ostéomyélite stérile multifocale avec périostéite et pustulose
ORPHA294023 – Maladie inflammatoire intestinale et cutanée néonatale
ORPHA300359 – Dérèglement et déficit immunitaire lié à PLCG2
ORPHA325004 –
Syndrome CANDLE
ORPHA404546 – DITRA
ORPHA331193 – Autre syndrome d’immunodéficience par défaut de l’immunité innée
ORPHA302 – Epidermodysplasie verruciforme
ORPHA51636 – Syndrome WHIM
ORPHA101351 – Asplénie congénitale familiale isolée
ORPHA324294 – Déficit immunitaire à cellules T avec épidermodysplasie verruciforme
ORPHA431156 – Déficit immunitaire primaire avec prédisposition aux infections virales sévères
ORPHA431166 – Déficit immunitaire primaire avec infection virale disséminée post-vaccination de la rougeole, des oreillons et de la rubéole
ORPHA437552 – Déficit immunitaire primaire autosomique récessif avec un défaut de cytotoxicité spontanée des cellules Natural Killer
ORPHA179006 – Immunodéficience primaire par défaut de l’immunité adaptative
ORPHA101972 –
Immunodéficience combinée T et B
ORPHA183660 – Déficit immunitaire combiné sévère
ORPHA480549 – Déficit immunitaire combiné non-sévère
ORPHA101977 – Immunodéficience par déficit de production d’anticorps
ORPHA1572 – Déficit immunitaire commun variable
ORPHA169139 – Hypoglammaglobulinémie transitoire de l’enfance
ORPHA169443 – Déficit en anticorps spécifiques avec une quantité normale d’immunoglobuline et de cellules B
ORPHA183669 – Agammaglobulinémie
ORPHA331232 – Immunodéficience avec déficit d’isotype ou de chaînes légères et nombre normal de cellules B
ORPHA331240 – Immunodéficience avec diminution sévère des IgG et IgA et taux normal ou élevé d’IgM avec nombre normal de cellules B
ORPHA331244 – Autre syndrome d’immundéficience par déficit de production d’anticorps
ORPHA169361 – Maladie avec dérèglement et déficit immunitaire
ORPHA51 – Syndrome d’Aicardi-Goutières
ORPHA84064 – Diarrhée syndromique
ORPHA85191 – Dysplasie de Singleton-Merten
ORPHA85453 – Pigmentation réticulée liée au chromosome X
ORPHA158038 – Lymphohistiocytose hémophagocytaire primaire
ORPHA169355 – Syndrome d’immunodéficience avec auto-immunité
ORPHA238510 – Syndrome lymphoprolifératif
ORPHA404553 – Vascularite par déficit en ADA2
ORPHA425120 – Vasculopathie de l’enfant associée à STING
ORPHA529974 – Dérèglement immunitaire avec maladie inflammatoire de l’intestin
ORPHA331217 – Syndrome avec déficit immunitaire combiné

ORPHA1572 – Déficit Immunitaire Commun Variable

 

Sources :

  1. Les déficits immunitaires, Informations médicales et traitements, Association IRIS, http://www.associationiris.org/infos-medicales-et-traitements/les-deficits-immunitaires
  2. Déficits immunitaires primitifs, les traitements des déficits immunitaires primitifs (DIP) : un guide à l’intention des patients et de leur famille, IPOPI International Patient Organisation For Primary Immunodeficiencies, 2012
  3. Les traitements et suivi, Informations médicales et traitements, Association IRIS, http://www.associationiris.org/infos-medicales-et-traitements/les-deficits-immunitaires

Extrait du dossier de presse de la filière MaRIH, certifié par le Pr Claire Fieschi.

Association de patients :
Association de patient IRIS


Centre(s) de référence maladies rares

Liste des RCP

Principaux lieux de prise en charge

Filtrer

Cliquer sur une puce pour voir le détail d'un lieu de prise en charge

Centre de référence coordinateur / Centre de référence constitutifCentre de compétenceCentre associé Non défini
Spécialité : Adulte Pédiatrique